Il n'a pas pu vous échapper que partout autour de nous, dans les rayons des librairies, sur les antennes de radio ou sur les réseaux sociaux, les mots Zéro Déchet font la danse de la joie.

Nouvelle lubie, me direz-vous. Snobisme BO-BO, famille qui veut se rendre intéressante? Ou Écolos convaincus avec leur barbe de plusieurs jours et leur champ de cannabis dans le jardin.

Rien de tout cela ma pauvre Suzette. Un petit couple de quinquas, dont l'un bientôt sexa (Là, il va être vexé), donc à deux ans de la retraite pour monsieur, des enfants grands et pour l'essentiels partis vers leur vie, à l'exception d'une petite dernière de 13 ans et de deux ados encore étudiants, une famille recomposée et totalement banale me direz-vous.

Engagés déjà dans une démarche progressive de diminution de leur consommation, de sélection de produits de qualité (nous mangeons bio et bon), dans une approche collective de l'environnement (participation à l'agenda 21 de notre commune, et acteurs de la mise en place d'un jardin collectif dans notre lotissement), nous sommes sensibles à la destruction de la planète par l'homme, et convaincus que de toutes petites actions, même isolées si elles ne sont pas suffisantes, sont déjà importantes pour la prise de conscience individuelle et familiale qu'elles représentent, et que planter la graine du respect de la terre, ne peut qu'être profitable à nos enfants et aux générations à venir.

A l'exception de la mère ou belle-mère (ça c'est selon), qui a déjà abandonné la viande depuis presque deux ans et qui les oblige donc avec douceur quand même (on n'est pas des bêtes) à remplacer le hamburger par du steak végétal, et le lait de vache par du lait d'amandes.

Tant de brutalité devrait être signalée aux services sociaux me direz-vous.

Et maintenant, en plus elle n'a plus qu'un mot à la bouche: Zéro Déchet, comme une incantation mystique sur ses lèvres.

Déjà qu'avant, chaque insomnie était l'occasion d'une lecture sur les perturbateurs androciniens, les méfaits du Coca, la toxicité du Déo, les colorants E1....., et l'incertitude de la gélatine, et que faire les courses avec elle demandait des qualités inimaginables :la patience - mais pourquoi il faut qu'elle lise toutes les étiquettes, une forme physique d'athlète: elle compare tous les prix au kilos et va reposer 3 fois un produit avant de trouver le bon, le sens de l'humour - faut pas rencontrer ses copains quand elle fait les courses, car elle ne peut s'empêcher de regarder dans le caddie de leur mère), sans compter le nombre de magasins faits dans la semaine pour aller acheter en vrac (mais t'es sure qu'elle travaille ta mère), alors mai tenant avec le ZD on n'a pas fini.

Bon c'est décidé, je ne viens pas en courses avec toi Mum, j'ai un truc à faire.

Voilà, le décor est planté, vous avez une petite idée de qui nous sommes.

Au fil de mes posts, je vous ferai un profil de chaque "individu" composant notre foyer, à l'exception du chat qui a nous a quitté il y a quelques jours hélas.

Je partagerai avec vous, mes recettes végétariennes, et mes avancées en matière de ZD, et aussi nos doutes, nos erreurs et nos difficultés.

Avant de me nous lancer dans cette démarche, j'ai commencé par lire le livre de Béa Johnson que vous pouvez commander chez votre libraire de quartier, chez Cultura, ou chez Amazon bien sur.

zéro déchet Béa Johnson

J'ai dévoré le livre en une nuit! Du coup, une petite indigestion quand même. J'ai trouvé les idées excellentes et la démarche tout à fait remarquable. Mais un peu extrémisme. L'éveil de la conscience certainement, car entre le moment ou je l'ai lu et la plongée dans l'action, il nous a bien fallu 6 mois.

Le livre Famille Zéro Déchet, Ze guide, m'a paru plus souple et plus abordable en terme d'approche et un peu moins culpabilisant. Et traité avec beaucoup d'humour, ce qui est bien agréable. Je vous mets le lien Amazon, le notre a été acheté chez Cultura.

famille zéro déchet, ze guide

Voilà, pour vous expliquer très rapidement notre démarche.

A très vite sur ce blog, pour la suite de nos aventures.